Children in the Cloud – presentation en français

Projet Sona / Children in the Cloud

  • Soutenir la création et le développement d’infrastructures éducatives pour donner l’accès à une éducation de qualité aux enfants d’Amara en Ethiopie, en particulier aux enfants résidants dans les villages d’altitude du massif du Simien tout en impliquant les gens de la communauté à s’investir personnellement dans le projet, ainsi qu’organiser des voyages humanitaires pour des volontaires bénévoles.
  • C’est lors d’un trekking en 2015 dans le massif du Simien en Ethiopie que nous avons été sensibilisés par le manque d’infrastructure scolaire du village de Sona. Il est situé à 3500m d’altitude. Ses habitants, loin de toute route carrossable vivent d’une agriculture non mécanisée de céréales et d’un troupeau de moutons et de buffles pâturant en dessus des terres cultivables. Ils vivent sans eau ni électricité, dans des huttes de torchis dans une grande précarité. N’ayant que peu ou pas de monnaie d’échange, la communauté n’a pas les moyen de fournir à leurs enfants le minimum nécessaire à leur éducation.

Village de Sonadrone sona-0022

  • Haut plateau dans le parc national des montagnes du Simien patronné par l’UNESCO
  • Population sédentaire
  • 8’000 habitants, 2’000 enfants d’âge scolaire
  • Manque d’infrastructures scolaires et sanitaires
  • Niveaux 1 à 7 primaires. Pas d’école secondaire
  • Agriculture céréalière non mécanisée
  • Une seule récolte par an
  • Animaux : moutons, buffles, poules
  • Pas d’eau ni d’électricité
  • Pas de route, seulement sentiers muletiers

Projet Sona

  • Construction d’une école primaire en dur pour 600 élèves
  • Fourniture de l’équipement scolaire et des livres de référence
  • Fourniture d’uniformes
  • Construction d’infrastructures sanitaires et amener l’eau à l’école
  • Logements pour les maîtres d’école

Dans un 2ème temps, construction d’une école secondaire

Ethiopie mai 2016-2679

Nous avons établi un premier contact avec la population en fin avril 2016 et discuté de leurs nécessités. Il en est ressorti les éléments déterminants que nous avons utilisés pour la formulation du projet. Après la saison des pluies (mai – août) nous allons développer le projet avec l’appui d’une personne éthiopienne qui a déjà réalisés des projets similaires avec succès dans le sud du pays pour une ONG anglaise.

Le coût estimé est de la première phase du projet est de 250’000 francs suisse excluant les contributions domestiques, soit terrain, main d’œuvre de transport et de construction.

Notre but est de lever suffisamment de fonds afin de pouvoir démarrer la construction en 2017.