Lac Tana source du Nil Bleu

tef Ethiopie lac Tana

Le lac Tana est le plus grand lac d’Ethiopie, situé en région Amhara dans le nord du pays. La capitale régionale Bahir Dar (200 000 habitants) est implantée sur sa rive sud. A proximité de Bahir Dar débouche du Lac Tana le fleuve du Nil Bleu, qui commence ici sa course au travers de l’Afrique du nord. Le lac Tana est de belle dimension (80 x 70 km) mais contrairement aux grands lacs africains, il n’est pas situé dans la grande faille du Rift qui zèbre l’Afrique de l’est. Il est au contraire situé en altitude (1800m) et entouré de massifs montagneux à plus de 4000m, dont notre précieux massif du Simien au nord ! A l’est se trouve les Monts Guna (4231m) et les montagnes de Choke au sud (4154m).

Carte Postale du Lac Tana

Nos activités humanitaires dans le Simien ne nous empêchent pas de nous accorder quelques moments de détente pour découvrir les innombrables trésors naturels et culturels de l’Ethiopie. Connaitre l’histoire et les grands sites du pays est même sans doute une réelle valeur ajoutée pour notre travail de construction de l’école de Sona. C’est à l’occasion du voyage d’avril 2021, consacré à l’adduction d’eau, que nous avons passé 2 jours au Lac Tana et à Bahir Dar. Nous y avons rencontré notre fournisseur de matériel médical et pris du temps pour visiter le lac Tana et ses monastères. Nous en avons ramené quelques images de cette vidéo.

Bahir Dar, capitale de la région Amhara

Bahir Dar fait partie des très anciennes cités Africaine. D’abord village de chasseurs et de pécheurs sur la rive méridionale du Lac Tana, la ville s’est développée avec le christianisme. En effet, les nombreuses iles du lac ont longtemps servi de refuge face aux invasions islamiques et même, dans l’histoire plus récente, italienne. Il se dit que les reliques de l’Arche d’Alliance, conservées traditionnellement à Axum, ont été cachées dans l’un des monastères insulaires du lac Tana pour les préservées de l’envahisseur venant du nord. La situation de la ville en fait un lieu d’échange et de commerce important et ce depuis des siècles. C’est donc une ville prospère qui a connu son apogée sous le règne du Négus Hailé Sélassié. Le dernier empereur d’Ethiopie a voulu en faire une capitale de l’Ethiopie moderne. On lui doit ses grandes avenues bordées de palmier qui lui donne des airs de station balnéaire. Le Négus y a fait construire un palais sur les hauteurs de la ville.

Séjourner à Bahir Dar est très agréable. L’infrastructure touristique y est bien développée avec de nombreux hôtels et restaurants, parmi les plus agréables d’Ethiopie, en particulier au bord du lac Tana. Le lac et sa région sont à environ 1800m d’altitude. Le climat est donc chaud (n’oubliez pas que nous sommes en zone tropicale !) mais avec l’avantage que les maladies telles que le paludisme y sont absentes ! On se trouve clairement dans un paradis potentiel ! La ville est même doté d’un aéroport avec des liaisons quotidiennes avec Addis Abeba.

Le Tilapia, roi du lac Tana !

L’activité de pèche est très importante et, heureusement, encore très artisanale. La ressource piscicole y est donc encore importante avec près de 70 espèces de poissons dont les 3/4 sont endémiques. Le lac Tana a d’ailleurs été classé en “réserve de biosphère” par l’UNESCO en 2015. Le poisson-phare est sans aucun doute le Tilapia. Il est servi en filet ou entier et grillé pour les plus beaux specimens (photo ci-contre).

De nombreux autres animaux (que vous avez pu apercevoir dans la vidéo) sont également présents. D’innombrables oiseaux tout d’abord : grues, hérons, cormorans sont omniprésents. Ainsi que de bien plus imposants volatiles tels que des pélicans ou des aigles pécheurs. A l’embouchure du Nil, les visiteurs peuvent aller voir des hippopotames. Ce n’est possible qu’en bateau car ils vivent dans l’eau et fréquentent pour leur repas des zones des végétales de type marais avec beaucoup de papyrus. Mais visiter le lac Tana et ses iles en bateau a un charme fou ! Et quand vous savez qu’il y a également quelques crocodiles, vous êtes heureux de vous trouver à bord d’une solide embarcation…

Les monastères du lac Tana

Les dernières études géographiques ont dénombré 37 îles suffisamment importantes pour porter un nom. 19 d’entre-elles accueillent un monastère ainsi que parfois, une petite communauté d’exploitants agricoles non-religieuse. Les moines qui occupent ces monastères travaillent beaucoup, notamment aux tâches agricoles qui leur permettent de subsister et même de tirer quelques revenus. On trouve sur certaines iles, et plus généralement dans la région, des plantations de caféiers. Le café qui pousse autour du lac Tana et de Bahir Dar est d’excellente qualité, le climat étant particulièrement propice.

Les monastères se visitent pour certains et valent véritablement le détour. Ils sont en général très bien conservés depuis les XIVème siècle grâce au climat chaud et sec. Ils sont très richement décorés de peinture et chaque pan de mur raconte une histoire à la façon d’une bande-dessiné, suivant des codes qui méritent l’explication fournie par votre guide. C’est tout à fait passionnant et éblouissant. Et c’est parfaitement mis en valeur par l’écrin insulaire, une faune et une flore extraordinaire qui vous marquerons sans doute.

Ici commence le Nil bleu

Les sources du Nil bleu (Abbay pour les éthiopiens) sont identifiées en réalité en amont du lac Tana bien sûr. Parmi les rivières alimentant le lac, la rivière Gilgel Abay est considérée comme la véritable source du Nil Bleu. Mais c’est en sortant du Lac Tana que le Nil Bleu acquiert son statut de fleuve continental. Soumis au régime de l’alternance des saisons sèches et des pluies, le Nil bleu acquiert une puissance extraordinaire au moment de la mousson ! Elle est particulièrement spectaculaire à une trentaine de kilomètres du lac, au sud de Bahir Dar, au lieu-dit de Tessessat où se trouvent les sublimes chutes du Nil. Un spectacle magnifique toute l’année puisque le débit du fleuve est régulé grâce aux centrales et barrages hydroélectriques. Ce sera l’objet d’une prochaine carte postale !

Soutenez notre action

Nous espérons que cette escapade touristique et culturelle vous aura plu ! Mais nous ne perdons pas de vue l’objectif de notre présence en Ethiopie : construire une école à Sona, dans le Simien, pour l’une des populations les plus pauvres du monde. Merci de votre soutien.

Pour écrire cet article, j’ai complété mes informations grâce à Wikipedia bien sûr !