Captage de l’eau du Simien

Après l’installation solaire photovoltaïque, c’est au tour du captage et de l’adduction de l’eau de source du Simien d’arriver à l’école de Sona ! C’est le dernier gros chantier de la saison sèche 2020-21. Il est mené tambour battant avant que n’arrive la saison des pluies. Un système de pompage provisoire de l’eau de la rivière avait été mis en place pour alimenter rapidement le chantier de construction de l’école. Une installation pérenne et de meilleure qualité était programmée depuis l’origine. Un site de résurgence d’eau de source était repéré de longue date à environ 1,5 km en amont de l’école. L’administration locale de l’eau, dont le siège est à Janamora, a bien sûr été impliquée dans le projet et a même proposé de prendre en charge les travaux du captage. Ceux de l’adduction, du stockage, de la purification et de la distribution restant à la charge de la Fondation.

L’eau du Simien

Surnommé « le château d’eau de l’Afrique », le massif du Simien est un authentique réservoir d’eau de source d’excellente qualité. D’innombrables ruisseaux et rivières strient les montagnes. Le Nil bleu y prend sa source avant de rejoindre l’immense lac Tana où il acquiert son statut de fleuve majeur du continent africain. Le plateau de Sona n’échappe pas à la règle et est parcouru par nombre de petits cours d’eau et parsemé de résurgences. Le captage de l’eau du Simien est habituel puisque selon l’administration locale de l’eau, 10 à 15 nouveaux captages d’eau sont construits chaque année dans ce secteur du Simien. La construction de celui de Sona a été inscrit tout d’abord au planning de 2020 mais les retards liés à la crise sanitaire l’ont décalé à 2021.

image gratuite libre de droits Simien Ethiopie

Un captage d’eau de source du Simien

Contrairement à l’eau de la rivière, qui peut être polluée par l’activité humaine et surtout les troupeaux de bétail, un captage d’eau de source garantit une bonne qualité, surtout à 3600m d’altitude dans le Simien ! Cette exigence de qualité est indispensable pour engager valablement les actions de sensibilisation et d’éducation aux bonnes pratiques sanitaires prévues au programme de la Fondation.

Le système complet de l’eau à Sona

La source est située à une altitude de 3543 mètres (93 m au-dessus de l’altitude de l’école), à une distance linéaire de 1482 mètres de l’école. Le débit à assurer est d’environ 2000 l/h. Les travaux du captage sont programmés dans les toutes prochaines semaines. Ils dépendent de l’administration de l’eau, qui les financent. 

A l’arrivée, un système de stockage de 2 réservoirs de 2000 litres chacun va être également mis en place. Une infrastructure est en cours de construction qui accueillera les réservoirs en hauteur, ainsi que les système de filtration et de stérilisation par UV prévus. Il sera alimenté en électricité par un système photovoltaïque complet et autonome qui a été installé avec le reste du système de production d’électricité. 

Le gros du chantier est néanmoins représenté par la canalisation d’eau enterrée qui, sur 1,6km, reliera la source à l’école !

Une communauté mobilisée !

Une équipe de topographe est venue début mars 2021 pour déterminer le bon tracé, évitant points hauts et points bas qui peuvent entrainer de graves dysfonctionnements sur l’installation. Notamment l’accumulation de sédiments dans les points bas, ou de poches d’air dans les points hauts. Le tracé passe essentiellement à travers des champs habituellement cultivés et nous sommes en pleine période des semailles ! Il a donc fallu qu’Abeto, le Maire de Sona, mobilise sa population pour avancer rapidement les travaux tout en retardant les travaux agricoles ! Le tout avant que ne débute la saison des pluies, attendue courant avril. Une véritable course contre la montre… La communauté de Sona dispose de peu de moyens, nous avons déjà eu l’occasion de le dire à de nombreuses reprises. Mais ce dont elle ne manque pas c’est de main d’oeuvre et de bonne volonté ! C’est ainsi que depuis le lundi 22 mars, 3 équipes de 80 personnes chacune se sont attelé à la tâche !

Equipe pour creuser la tranchée d'adduction de l'eau à l'école de Sona.

Les équipes se sont répartis les sections de la tranchée. Il s’agit de creuser à 80 cm de profondeur pour éviter tout risque d’arrachage du tuyau pendant les labours. Les terrassiers doivent également veiller à ce que le fond de la tranchée soit dépourvu de roches coupantes susceptibles d’abimer le tuyau.

Pendant toute la durée de ces travaux, évaluée à une semaine, c’est une véritable guirlande humaine qui balise le parcours du futur tuyau qui reliera le captage de la source à l’école de Sona !

La supervision de la Fondation

La pose du tuyau nécessite l’intervention d’Eric et Ignacio. En effet, si les éléments du tuyau ont pu être achetés à Addis-Abeba, les raccords en bronze et les différents éléments d’assemblage l’ont été en Europe. D’autre part, l’enfouissement du tuyau requiert une méthodologie précise du fait de la dilatation qui du plein soleil à sous-terre, provoque une contraction d’environ 4 m sur une telle longueur ! Et donc potentiellement de gros soucis d’étanchéité… Fin mars, Eric et Ignacio seront donc à Sona pour finaliser ce magnifique chantier, si les conditions sanitaires le permettent bien sûr !

Photos de Getnet Yohanis, Melash Belete et Hervé Doulat